Douglas Fairbanks (1884-1939)

dougfairbanks.jpg

 

De son véritable nom Douglas Ullmann, né à Denver (Colorado) le 23 mai 1884. Fils d'industriel, il fait ses études à l'Ecole des Mines de Denver, mais poussé par le goût du théâtre, il joue quelques petits rôles sans succès. Il décide alors avec deux camarades de partir pour l'Europe tenter l'aventure. Il y fit divers métier - y compris terrassier à Paris dans les chantiers du Métro - étudia quelque temps à Harvard et se fit embaucher comme matelot sur un cargo, pour regagner New York. Avant de pouvoir reprendre le théâtre, il est commis au "Stock Exchange", connaît vers 1912 son premier succès à Chicago et jouit d'une assez bonne renommée pour être engagé par Kessel et Baumann, pour la "Triangle". Débuts dans Le Timide que dirige Christy Cabanne, sur un scénario de Griffith (1915). Il interprète toute une série de films avec un succès croissant, créant un personnage dynamique, sportif, audacieux, et toujours plein d'humour. Cette réussite fut assez rapide pour lui permettre de fonder le 1er février 1917, la "Douglas Fairbanks Film Corporation", dont la jeune Paramount assura la distribution. Ses scénaristes, Anita Loos et John Emerson, le suivirent et firent de Douglas un personnage mythique, répondant à l'idéal de la mentalité américaine. Aux yeux de l'étranger même, ce personnage devient une sorte de synthèse de l'américain-type, grand enfant rieur qu'aucune audace n'effraie, qu'aucune réussite n'étonne.

Il n'y a pas lieu de nommer ici les innombrables films qu'interpréta Douglas. Les meilleurs furent sans conteste : Le Signe de Zorro, Robin des Bois, Les Trois Mousquetaires, Le Voleur de Bagdad.

En 1919, avec ses amis Mary Pickford, Charles Chaplin et David Griffith, il fondait les United Artists, et le 28 mars 1920 épousait Mary Pickford. Il ne fut cependant son partenaire qu'une seule fois, dans La Mégère Apprivoisée.

Douglas Fairbanks était l'inspirateur, souvent le scénariste de ses films. Mais la verve faiblit après Le Voleur de Bagdad. La couleur, dont il fut l'un des premiers à se servir, ne sauva ni Le Pirate Noir, ni Le Gaucho, ses derniers films muets. Le parlant brisa définitivement la carrière de Doug. Un essai chez Korda en 1934, dans La Vie Privée de Don Juan, fut le dernier rôle incarné par celui qui avait tenu une si grande place dans le premier essor du cinéma américain. Divorcé en 1936, il mourut le 12 décembre 1939.