Max Linder (1883-1925)

s-aec04-cm-max-linder-1.jpg

 

De son vrai nom, Gabriel Levielle, né le 16 décembre 1883 à Saint-Loubès (Gironde). Lauréat du Conservatoire de Bordeaux, il se rend à Paris vers sa vingtième année et interprète de petits rôles à l'Ambigu, puis aux Variétés. Ayant fait la connaissance de Nonguet, il entre chez Pathé et débute en juillet 1905 dans La Première Sortie d'un Collégien, où il incarne un potache.

C'est avec Les Débuts d'un Patineur (1907) que le personnage de Max connaît son premier succès. Quelques années plus tard, la série des Max est si populaire que l'interprète pose ses conditions chez Pathé : un contrat de trois ans à 150 000 frs par an, somme colossale pour l'époque. Pathé signe et c'est une suite de réussites : Max Pédicure, Max Décoré, Le Mariage de Max, Les Vacances de Max, etc...

En 1911, une grave maladie interrompt quelques mois sa carrière. Mais son succès s'étend dans le monde entier. Max Linder en profite pour faire des tournées en Espagne, en Allemagne, en Russie (1912). Il a travaillé son personnage, imagine lui-même scénarios et idées comiques. Il a crée un "type".

Un premier voyage en Amérique lui permet de tourner trois films à Hollywood. Rentré à Paris, il interprète Le Petit Café et Le Feu Sacré, puis repart pour l'Amérique où il est le héros de trois films de long métrage : Soyez ma Femme, L'Etroit Mousquetaire, Sept Ans de Malheur. Ces films sont pleins de qualités. Mais la grande vogue de Max Linder est passée. Rentré en France, il tourne encore Au Secours d'Abel Gance, puis en Autriche, Le Roi du Cirque. La neurasthénie mine le grand comique. Le 3 octobre 1925, il se suicide après avoir assassiné sa femme, et laissant une fille alors âgée de quelques mois, Maud Max Linder.