Mack Sennett (1880-1960)

macksennett-1910.jpg

 

Canadien d'origine irlandaise, Michaël Sinnott, plus tard Mack Sennett, est né à Denville, le 17 janvier 1880.

Forgeron au Canada, il suit ses parents aux Etats-Unis et se fait entraîneur de boxe, puis s'essaie dans le chant et la danse acrobatique. En 1906, il est à New York et obtient quelques cachets chez Edison. Le matin, il chante dans une église ; le soir, il est sur la scène de "Burlesques". Enfin, il parvient à se faire engager à la "Biograph" en 1908, joue les comiques et voue au "patron", D.W. Griffith, une admiration et un dévouement qui finissent par lui valoir un poste d'assistant. Un an plus tard, Griffith lui confie la mise en scène d'un film avec Mary Pickford. Quelques mois après, Mack Sennett tourne en Californie son premier film. Il devient directeur de la "Keystone" qui, sous l'égide de la "Triangle", se spécialise dans le comique. Sennett constitue une troupe dont les vedettes sont Mabel Normand, Fatty, Ford Sterling, Charles Chaplin. Lui-même dirige et interprète ses films, au moins jusqu'en 1914. C'est comme animateur que sa renommée grandit sans cesse.

Mack Sennett laissait beaucoup de liberté à ses vedettes et improvisait lui-même très souvent. Mais il montait des sketches avec une rare intelligence, créant un véritable style, dépassant ses maîtres français par la vigueur du rythme, l'audace et l'originalité des "gags", un sens étonnant du mouvement.

Il dirige les premiers films de Chaplin, mais lui laisse "carte blanche" dès les premières bandes de la série "Keystone". En 1916, il lance les "Bathing Girls", jeunes baigneuses séduisantes, ancêtres de la pin-up, parmi lesquelles débutèrent Gloria Swanson, Marie Prévost, Bébé Daniels, Sally Eilers, etc. L'année suivante, la Triangle était absorbé par la Paramount. Sennett essaye, avec Mickey, un humour plus nuancé et tourne même une comédie dramatique.

Après avoir fait gagner beaucoup d'argent à la Paramount et s'être lui-même entichi, Mack Sennett fut victime du krach boursier de 1929. Il fit faillite et vécut dès lors retiré. Il sortit de sa retraite pour venir en France, au Festival de Cannes 1952, où un triomphe lui fut fait.

Il a publié un livre de souvenirs et s'est éteint à Hollywood le 5 novembre 1960.

×